Renouveau et simplification: Quels sont les enjeux du rapport d’Uppsala?

(Résumé de l’article rédigé par Anders Lindberg, Église de Suède, membre du Groupe de travail de révision, RWG)

Le rapport d’Uppsala est le résultat de l’exécution d’un mandat adopté par la 13ème Assemblée générale de la KEK qui s’est tenue en 2009 à Lyon. Celle-ci avait établi un Groupe spécial dit ‘de révision’ (Revision Working Group, RWG) ayant pour tâche de développer des recommandations en vue d’une réforme et refonte de la KEK dans son intégralité.  Le RWG, qui se compose de 15 personnes provenant de différentes Églises et dénominations, a commencé son travail en automne 2009. Il a terminé son rapport lors de sa huitième session de travail qui a eu lieu à Uppsala, Suède, en novembre 2012. Le rapport et ses recommandations seront soumis à la 14ème Assemblée générale de la KEK à Budapest en juillet 2013. 

Parmi les points essentiels relevés dans l’article mentionné figurent les suivants:

  • Dès le début il était évident que ce qui était requis, c’était une refonte complète de la KEK en la dotant d’un nouveau cadre stratégique.
  • Le travail accompli en matière de vision et d’objectifs de la KEK a abouti aux propositions mises en avant dans la première partie du rapport, contenant une déclaration de foi, une présentation narrative de son histoire, un énoncé de perspectives pour la KEK et l’Europe, un énoncé de mission de la KEK, une définition de ses valeurs centrales et la présentation d’un certain nombre d’objectifs stratégiques à atteindre au cours des prochaines années.
  • Dans la seconde partie du rapport le RWG propose un modèle d’organisation simplifiée de la KEK, avec une Assemblée générale réduite et un Conseil de direction plus restreint que l’actuel Comité central. S’il convient de sauvegarder les domaines de travail des Commissions il faudrait en revanche dissoudre les Commissions en tant qu’entités organisationnelles séparées. La nouvelle structure est censée faciliter et améliorer tant la gouvernance que la gestion et on considère qu’elle est davantage compatible avec un cadre budgétaire restreint. Le but est de créer une organisation plus claire et simple en assurant la viabilité financière de celle-ci.
  • La proposition du RWG est complétée par le projet d’une nouvelle Constitution qui reflète les propositions présentées dans le rapport du groupe de révision.
  • L’ensemble des propositions soumises par le RWG repose sur une condition préalable, à savoir que les Églises membres ne consentent pas seulement à financer le travail de la KEK, mais qu’elles s’accordent également à développer divers projets et programmes de travail. 

Anders Lindberg
Église de Suède
Membre du RWG