Le processus de planification de l’Assemblée de la KEK

Du 26 au 29 mai, le comité de planification de l’Assemblée (CPA) de la KEK se réunit à Stuttgart pour la dernière fois avant l’Assemblée générale de la KEK. Il s’agit de procéder aux derniers préparatifs et de mettre au point le programme et les méthodes de travail de l’Assemblée.

Pendant ces deux années et demie, le comité de planification a suivi un parcours intéressant. Le but était de former un groupe de personnes ayant de l’expérience dans l’organisation de grandes réunions. Nous souhaitions également que les membres du groupe représentent diverses régions géographiques et dénominations sans que leur nombre ne soit excessif. C’est sur ces bases que le CPA a été constitué. D’emblée, il s’est avéré nécessaire d’inviter des membres du personnel, du Comité central, du Groupe de travail de révision et/ou du Comité des finances à participer à certains de ses travaux.

Le problème qui s’est posé dès le début au groupe, lorsqu’il a fallu commencer à préparer l’Assemblée, était que les postes de secrétaire général de la KEK, de secrétaire aux finances ou de responsable de l’Assemblée étaient vacants. Il a fallu en tout premier lieu analyser la situation financière, faire un budget et se lancer immédiatement dans la collecte de fonds pour l’Assemblée. Certains membres ont fait un travail exceptionnel dans ce domaine, et nous sommes infiniment reconnaissants aux Eglises qui se sont engagées à nous soutenir financièrement afin que cette Assemblée soit possible. 

Du fait de la situation financière de la KEK, il a fallu réduire la taille de l’Assemblée. Le CPA a passé beaucoup de temps à essayer de maintenir l’Assemblée à un strict minimum, tout en assurant une représentation démocratique et équilibrée conformément à la constitution actuelle de la KEK. Ceci a eu malheureusement des conséquences négatives sur le nombre de partenaires, d’invités et d’observateurs présents. Par ailleurs, comme les délégations des Eglises ont été réduites au maximum, l’équilibre entre le genre, l’âge et les fonctions des membres des délégations s’en est trouvé affecté. Il conviendrait d’examiner cette question plus avant à l’Assemblée. 

La tâche la plus importante du CPA consistait à élaborer un programme qui permette aux délégués à l’Assemblée de travailler et de prendre des décisions sur l’avenir de la KEK de manière démocratique et transparente. Cela n’a été possible qu’après avoir pris acte de la proposition visant à réviser la KEK. Le CPA s’est donc fondé sur son analyse du document de révision, des discussions que les Eglises membres ont menées entre elles et du Rapport d’Uppsala pour concevoir le programme de l’Assemblée. Le travail de préparation accompli par le Groupe de travail de révision et les Eglises membres à cet effet a été remarquable. 

Pour garantir la participation active des Eglises membres au processus de révision, le CPA a choisi de présenter un programme de séances administratives qui sera très dense et très lourd pour les délégués. Nous sommes vivement reconnaissants au Comité liturgique d’avoir largement contribué à la planification du programme, aux organisations œcuméniques de jeunesse qui ont aidé à mettre en place le programme des jeunes et des stewards, au comité local qui s’est occupé de l’accueil, de certaines parties du programme et de la logistique, ainsi qu’au personnel et aux bénévoles qui se chargent de veiller à ce que tout fonctionne comme il faut. Nous espérons que les délégués participeront activement aux séances plénières et aux groupes de travail ainsi qu’à la vie cultuelle et aux conversations informelles, parce que nous souhaitons tous un brillant avenir à la coopération œcuménique en Europe!

/Beate Fagerli
membre du CPA, Eglise de Norvège 

Assembly Planing CommitteeAssembly Planing Committee